Arpège - Réseau Genre, société et politique d'égalité


Accueil > pratiques > Actualités

Les Jeudis du Genre. Amélie Dochy: "Evicted, Elizabeth Thompson Butler’s depiction of an Irish peasant woman in 1890" et Laura Benoît: "Le féminin face aux lois dans The Handmaid’s Tale"

le 12 octobre 2017
12h30-14h00

Jeudis du genre

Jeudis du genre

Reprise du séminaire des "Jeudis du Genre"
 

Les invitées aborderont les lois du/des genres dans les arts visuels. Amélie Dochy nous parlera de l'artiste victorienne Elizabeth Thompson Butler et Laura Benoît présentera ses travaux sur les séries TV.

Amélie Dochy: "Evicted, Elizabeth Thompson Butler’s depiction of an Irish peasant woman in 1890"

“L’Angleterre n’a guère qu’un seul peintre militaire, c’est une femme.” This was how Meissonier, the famous French painter, described Elizabeth Thompson Butler, an artist born in Switzerland in 1846 of British parents. Indeed, Elizabeth Thompson trained in various art schools in England and Italy and became a specialist in battle scenes, which allowed her to experience her first artistic successes in London in the 1870s. Yet, with the painting Evicted, exhibited at the Royal Academy in 1890, she departed from her usual themes by introducing an Irish peasant woman evicted from her cottage by the Royal Irish Constabulary. The painter thus offered an overview of the political and economic context of Ireland at the end of the nineteenth century, when evictions were still sadly frequent. The artist’s intention was to turn this personal tragedy into an emblematic representation of the misery of the peasantry in Ireland. How did she turn this painted object into a political subject? First, Thompson chose to depict a protagonist with meaningful implications. Then, she provided a historical insight into the massive evictions organized by landlords in Ireland from the 1850s onwards, leading to the Land War, so that the peasant embodies the Irish nation conflicting with British rule. Finally, the painting reveals the political involvement of the woman artist, Elizabeth Thompson Butler.

Laura Benoît: "Le féminin face aux lois dans The Handmaid’s Tale"

La série télévisée The Handmaid’s Tale est une adaptation du roman éponyme de Margaret Atwood (1985) produite en 2017 par le site web de vidéo à la demande Hulu: dans un futur proche frappé par le fléau de la stérilité, le gouvernement des États-Unis est renversé par des extrémistes religieux qui mettent en place une théocratie misogyne. Dans l’espace des lois du régime totalitaire, le féminin est alors la marque de l’ostracisme. Il conviendra d’interroger les manières d’apparaître du féminin à l’écran, en tant qu’elles se chargent d’un sens esthétique et politique. Nous nous intéresserons particulièrement aux places des corps, aux postures adoptées ou interdites, aux paroles qui sont attribuées ou défendues aux femmes en tant qu’elles sont déjà porteuses en elles-mêmes d’une valeur politique : au cœur de l’ensemble esthétique visible par le spectateur s’incarnent des partis pris politiques, ce que Marielle Macé nomme des "styles". Nous verrons ainsi que les postures, les temps et les espaces réservés aux femmes dénotent une infériorité politique, en même temps que les lois opèrent une dépossession du féminin.
Face à cette dépossession, et à ce "partage policier du sensible" qui contraint les formes de vie féminines, la forme sérielle et le médium télévisuel ouvrent la voie à des mouvements de résistances. Qu’elle soit intra-diégétique ou formelle, la résistance offre la chance d’un nouveau partage du sensible à l’écran, et d’une reconquête des lieux et des postures des femmes. Il conviendra donc dans cette communication d’explorer ce que peut la série lorsque, dans l’univers dystopique, les lois viennent mettre en danger ou réprimer le genre.

 
Cette séance est ouverte aux étudiant.e.s du Réseau de Masters Arpège dans le cadre du séminaire interdisciplinaire.

Contact :
Catherine Delyfer
Lieu(x) :
Maison de la Recherche, salle F315