Médiations féministes des musiques populaires : des Ladyfests à MusicToo

Publié le 6 janvier 2023 Mis à jour le 6 janvier 2023
le 13 janvier 2023
de 14h30 à 16h30
Salle du conseil du bâtiment Le Gai Savoir (Campus Mirail)
Intervention de Louise Barrière :
Ces dix dernières années, des travaux académiques croisant économie politique de la communication et études de genre ont cherché à analyser la division genrée qui structure l’organisation du travail au sein des industries culturelles et créatives, parmi lesquelles l’industrie musicale. L’accession des femmes à certains postes est conditionnée par des stéréotypes genrés, mais leur parcours professionnel est également soumis à un continuum de violences sexistes et sexuelles. Toutefois, ces problèmes ne se limitent pas au monde professionnel, et sont également observables au sein des publics des musiques populaires et, plus largement, dans les pratiques amateurs. Dès lors, il n'est pas étonnant que la lutte contre ces stratifications genrées des pratiques musicales se trouve, depuis plusieurs décennies, au centre de l'activité de divers collectifs ou événements amateurs, s'inscrivant dans une logique dite « Do-it-Yourself ». C’est notamment le cas des Ladyfests, ce réseau international de micro-festivals musicaux et féministes que j’ai étudié au cours de ma thèse. En France, ce n’est que récemment que la lutte contre les violences sexistes et sexuelles s’est récemment trouvée au cœur des préoccupations des acteurs de l’industrie musicale. Cela s’est particulièrement observé avec le développement d’un protocole spécifique proposé par le Centre National de la Musique (CNM), faisant suite à la campagne MusicToo, qui se trouve actuellement au cœur de mes recherches. MusicToo est en effet une campagne médiatique de dénonciation des violences sexistes et sexuelles dans l’industrie musicale française, qui a donné lieu à de nombreux témoignages et plus d’une centaine d’articles de presse, parus entre juillet 2020 et octobre 2021. Cette communication tissera des liens entre ces deux phénomènes – les Ladyfests d’une part et MusicToo de l’autre – afin de montrer comment chacun s’attèle à fournir un cadre interprétatif féministe des musiques actuelles, s’inscrivant dès lors dans des formes de médiations féministes de la musique.

Louise Barrière est docteure en arts du spectacle de l'Université de Lorraine et ATER en sciences de l'information et de la communication à l'Université Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle est l'autrice d'une thèse intitulée "If you feel like a lady..." Médiations féministes des musiques Do-it-Yourself dans une scène globalisée.

➙ Lien pour assister au séminaire en visio : 
https://univ-tlse2.zoom.us/j/93481241763?pwd=RGUyMnphdHI4SGxkS09uNHNGbHNsUT09