Objets de recherche

Domaines scientifiques 

 

Le réseau de recherches ARPEGE rassemble 27 disciplines ou spécialités.

Elles concernent principalement les Sciences Humaines et Sociales (22), et 5 disciplines relevant des sciences exactes ou expérimentales sont également représentées (Pour une vision plus globale, voir  Liste des Unités de recherche impliquées).

  • Sciences Humaines et Humanités : archéologie, arts plastiques, arts du spectacle, design, études anglophones, études filmiques, études hispaniques et latino-américaines, études lusophones, études théâtrales, géographie, histoire, lettres modernes, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication.
  • Sciences de la Société : anthropologie, droit, économie, sociologie.
  • Biologie, médecine et santé : biochimie, épidémiologie, pharmacologie, toxicologie.
  • Sciences agronomiques et écologiques : agronomie.
  • Mathématiques et leurs interactions : mathématiques


Objets de recherche


L’université de Toulouse a été historiquement pionnière en France, dès les années 1970, pour le développement des études et recherches sur les femmes, le féminisme et le genre. L’organisation, en 1982, du premier colloque national sur « Femmes, féminisme, recherches », est un moment historique important qui a permis de lancer en France l’institutionnalisation de ce champ de recherche ; puis, en 1989, pour le bicentenaire de la Révolution française, le colloque international « Femmes et Révolution » a été organisé à l’UT2. Afin de retracer cette riche histoire, plusieurs membres du réseau de recherche ARPEGE ont publié des articles sur l'histoire des études féministes et des études genre à l'Université de Toulouse1.

D'abord organisé en PPF (Programme Pluri Formations, à partir de 2007), ARPEGE est devenu un axe structurant de la MSHS-T en 2010, « Genre, société et politiques d’égalité ». Cet accueil institutionnel a permis d'ouvrir le périmètre des recherches sur le genre à de nouvelles disciplines et à d’autres établissements du site (UPS, UT1, IEP, ENFA, ESPE), d’où la gouvernance collégiale qui a été adoptée depuis, avec des représentantes d’UT1, d’UT2 et d’UT3 à la direction.

Le réseau ARPEGE s'inscrit dans une dynamique scientifique à la fois locale, nationale et internationale avec des initiatives telles qu’un groupe EFiGiES de doctorant·e·s (Etudes Féministes, Genre et Sexualités), l'organisation du colloque de 2012 « Femmes, féminisme et recherches, trente ans après », ainsi que de multiples partenariats scientifiques (GIS, ANEF, HCE, etc.).
 

Opérations de recherche ARPEGE 2015-2020

 

Sans inclure les projets individuels des un·e·s et des autres, ces dernières années, ARPEGE a déployé plusieurs opérations de recherche au prisme des gender studies, articulées autour des analyses des mouvements féministes, des politiques d'égalité, des discriminations et des inégalités, des politiques des corps, des sexualités, ou encore de l'intersectionnalité. A partir de 2019, le réseau ARPEGE dispose d'une opération structurante Genre et Structuration Sociale au sein du LabEx SMS.
Les opérations de recherche menées sur la période 2015-2018, ont bénéficié de financements de la MSH-T.

  • 2015 : Genre et engagement
  • 2016 : Genre : mobilisations sociales et savoirs innovants (GeMS)
  • 2017 : Laboratoire du genre : circulation du genre et négociation des normes
  • 2018 : Inclusion du genre dans les sciences (INGESCI)
Le projet INGESCI vise à mener une réflexion centrée sur une perspective d’inclusion du genre dans les sciences. Comment et en quoi les études sur le genre travaillent et retravaillent les disciplines scientifiques ? INGESCI entend ainsi proposer un dialogue interdisciplinaire (sciences humaines et sociales, droit, sciences du vivant et médecine, etc.), ancré dans une épistémologie du genre, et portant sur des axes de réflexion centraux actuellement au sein des études et recherches sur le genre : les questions inter et transgenre, les enjeux genrés autour du corps et de la santé, ainsi que les thématiques de contrôle de la sexualité et des corps genrés.
  • Depuis 2019 : Les sciences au prisme du genre (GESCI)
Pensée dans la continuité d'INGESCI, l'opération GESCI a bénéficié d'un financement du LabEx SMS. Coord. Nathalie Lapeyre. 
Les recherches sur le genre ont montré l'androcentrisme des sciences et leur imprégnation de stéréotypes sur les différences entre les femmes et les hommes. Leurs généralisations découlant d'un point de vue spécifique masculin qui s'ignore, cette recherche vise à faire entrer en dialogue des chercheur·e·s de sciences sociales et des chercheur·e·s de sciences du vivant, afin de revisiter leurs hypothèses scientifiques et travaux de recherche au prisme du genre.